Depuis 1993, Lucas Kozak est rythmé par les bruits de moteurs, la musique d’un poste d’autoradio, les pixels d’un écran. Il imagine les ombres inquiétantes de la campagne se mouvoir. Elles le suivent jusqu’à la découverte des lignes froides et de l’atmosphère spécifique du paysage urbain. Il commence alors à isoler la ville dans des cadres. Jouant avec le hors champ pour que le spectateur laisse libre cours à son imagination et dessine un avant-après. Ses photographies sont comme des décors où émerge l’inhabituel. Le cadrage comme source de tension, la ville comme catalyseur d’une violence imaginée, son sens de l’inquiétante étrangeté. En dehors du réel, il erre dans des représentations virtuelles de paysages urbains qu’il exploite comme un terrain de jeu, à la recherche de zones semblants égarées ou suspendues. Sa façon de mettre pause sur un monde qui ne souhaite pas ralentir.

#ÉCRITS
22h22 – on a cramé le monde | ebook, recueil de textes et de photographies disponible sur les plateformes Apple Books & Play Livres et en téléchargement PDF
L’ombre d’un monde | seconde édition – ebook, recueil de textes disponible sur les plateformes Apple Books & Play Livres et en téléchargement PDF

#EXPOSITIONS
Musicophotographie | Photographie mon amour | projection de « les nuits ne s’élèvent jamais » | 29 avril 2022
Musicophotographie | Photographie mon amour | projection de « les ombres hallucinées » | 4 mai 2019

#WEB
Wipplay | Portfolio de Wipplayer | #1 prix du jury concours Wallpaper

#WEBZINE
Les 4 mémoires – avec Alexandre Hoffmann, Camille Hennequin, Constance Nasiadka et Octavie Quiqueran